Les recherches en physique quantique et la conscience

Qu’est-ce que la conscience ?

Qu’est-ce qui l’anime ou comment anime-t-elle ?

Qu’est-ce qui forme toute cette vie ?

Autant de questions que des milliards de personnes se sont posées à travers le temps. Ont-ils trouvé une réponse ? Plusieurs oui ! Voyons cela.

Si l’on reprend les grands débats matérialistes contre spiritualiste. Les matérialistes pensent que tout est dépendant de son environnement alors que les spiritualistes pensent que tout est intrinsèquement libre. Le matérialiste postule qu’il n’y a pas de conscience et que tout est régi par les lois de cause à effet et le spiritualiste pense que tout est régi par le libre arbitre. Qui a raison ? Peut-être les deux. Effectivement la matière est régie par des lois de cause à effet que les traditions spirituelles appellent le karma. Une cause créait une conséquence qui créait une conséquence… On rentre dans l’idée du Samsara bouddhiste. C’est-à-dire que chaque pensée et action que nous faisons est régie par les actions et pensées antérieures. Ici, les spiritualités parlent d’emprisonnement. Une personne enfermée dans cette façon de faire sera bloquée dans son conditionnement mental et physique et sera soumise à la souffrance. Comment se sortir de cela ? Les spiritualistes considèrent que l’esprit est libre et est capable de voir à travers les différentes façons de réagir possibles afin de trouver la paix. Pour faire cela, il suffit de ne pas réagir instantanément et de se poser à l’intérieur de soi (se poser physiquement amplifie cette prise de position). Puis de regarder les différentes postures que l’on peut avoir et progressivement s’éloigner de toutes ces identifications possibles. (Ex. : dans une situation où un collègue nous énerve, nous pouvons : 1. Nous énerver. 2. Se moquer de lui. 3. Mettre de la distance…).

Se dés-identifier à toutes ces réactions permet de retourner dans sa paix intérieure, là où rien n’existe encore. Une fois que l’on a retrouvé sa nature fondamentale, nous pouvons regarder le monde sous cette apparence sans s’identifier à nos anciens ou potentiels comportements et ainsi pouvoir réagir de la manière la plus adéquate possible pour maintenir la paix en nous. Baigné par cette grâce chaque possibilité peut-être la continuité de ce bonheur. À chacun de nous de faire le choix de la vie que l’on veut mener. En guerre constante ou guidée par sa paix ?

À travers cet exemple nous avons pu voir que les deux façons de voir la vie (spiritualiste vs matérialiste) conditionnent notre façon de réagir. C’est pour cela que les matérialistes auront tendance à être fatalistes tandis que les spiritualistes auront tendance à être croyants. Je ne prêche pas pour une voie ou une autre, j’essaye juste d’être objectif sur le fait que ce que l’on croit conditionne ce que l’on voit. Et ceci conditionne toute notre existence.

La difficulté des croyants est de soutenir sa pensée face à un sceptique qui le taquinera en lui disant que rien n’est prouvé (pensant intérieurement avoir raison de son nihilisme). Cependant, de nombreuses expériences plaident en faveur des spiritualistes.

L’étude de Grinberg-Zylberbaum, Delaflor, Attie & Goswami : Le Paradoxe Einstein-Podolsky-Rosen dans le cerveau : Le potentiel de transfert :

Dans cette étude, des chercheurs se sont intéressés à voir si deux personnes connectées affectivement pouvaient transférer des états d’être. Ils ont alors placé des couples de longues dates et en bonnes ententes dans deux pièces séparées. Ils les ont équipés tous deux d’un bonnet électroencéphalographique (EEG) pour mesurer leurs ondes cérébrales. L’un des sujets recevait des stimuli visuels à partir d’une lumière pointée dans ses yeux. L’autre sujet du couple ne recevait aucun stimulus de ce genre. L’EEG calcule les ondes électromagnétiques propagées par notre cerveau lors de son activité. À l’image des lignes ferroviaires, notre cerveau est un ensemble de chemin tracé par nos axones qui réunissent deux neurones entre eux, comme les chemins de fer réunissent les villes. Lorsqu’un train parcourt un chemin de fer, il propage un bruit autour de lui. Si le train est un train de marchandise ou de passagers, il ne propage pas le même bruit (poids, taille différente). Les ondes électromagnétiques sont similaires à cela, c’est le bruit que propage l’activité du cerveau. En fonction de l’activité et des zones qui travaillent, l’EEG n’enregistre pas les mêmes « bruits ». Ainsi grâce à ce bruit, on peut deviner ce qui se passe dans le cerveau. Revenons à notre expérience : chez le premier sujet (stimulé par la lumière), on repérait une activité spécifique relative à la réponse neuronale de la stimulation lumineuse. Mais on retrouve aussi cette activation chez l’autre personne du couple non stimulé. Cette expérience a été faite avec un groupe de personne ne se connaissant pas et on ne remarque aucune activation similaire chez l’autre personne du groupe témoin. Vous pouvez retrouver cette expérience en suivant ce lien : https://www.scienceofnonviolence.org/docs/Grinberg1994.pdf

En cherchant sur google scholar cette expérience et en cliquant sur « cité », vous pouvez trouver toutes les autres expériences qui ont repris cette étude et qui l’ont développé.

Cette étude est dans la continuité philosophique de l’intrication quantique. L’intrication est le principe en physique quantique, que deux atomes s’étant rencontrés à un moment donné, reste connecté et se modifie l’un par rapport à l’autre même à des distances très éloignées. Cette étude a été faite avec deux labos (un en Inde, l’autre en Amérique) où chaque labo avait un des atomes intriqués. Quand un labo modifiait le « mouvement » (spin) de l’un des atomes, l’autre labo remarquait des modifications sur son atome. (Si vous voulez mieux comprendre le spin, je vous invite a regarder la vidéo de e-penser : https://youtu.be/O15hYimr1a0).

Le pouvoir de la conscience & l’étude de la double fente de Thomas Young :

Cette étude très connue sonne le début de la physique quantique.

https://i2.wp.com/www.astrosurf.com/luxorion/Physique/exp-double-fente.jpg
Résultat de recherche d'images pour

Le principe est de laissé des photons passer à travers deux fentes. Afin de savoir si la lumière est composée d’ondes ou de particules. Si la lumière est comme plein de petites billes (particules) alors nous verrons sur le récipient photosensible s’inscrire deux points (représentation 2). Mais si la lumière est comme de l’eau (onde, photo à gauche), alors nous observerons des séries de bandes sur le récepteur photosensibles (représentation 1). Les chercheurs ont laissé tourner leur appareil pendant plusieurs jours, puis ont regardé les résultats : ils observaient les deux résultats.

 

En analysant les résultats, ils ont observé que la présence d’un expérimentateur dans la pièce faisait fluctuer les résultats. Ainsi la lumière se comportait comme une onde ET comme une particule. Ces deux façons d’expressions de la lumière fluctuaient en fonction de l’expérimentateur qui était dans la pièce (et de ses croyances). La lumière ne se traduisait alors qu’en particule ou en onde (vous pouvez retrouver une explication de cette expérience sur youtube  en tapant double fente expérience).

Cette dichotomie onde-particule est à l’image de notre compréhension de l’humain. On suppose en occident que l’humain n’est qu’une particule au sein d’un océan. Pourtant, en orient, on considère l’humain englué dans cet océan et appartenant à l’onde de vie, au flux. Ainsi naissent les grandes différences culturelles: 

  1. En orient: les personnes sont très influencées par leur famille et une pression importante de la société est soumise sur l’individu. S’il se déshonneur ou déshonneur sa famille, il est bon pour Harakiri.
  2. À l’inverse, en occident, on axe la pensée sur l’indépendance. L’idée que l’individu fait ce qu’il veut, mais ressent à contrario une sensation d’isolement et de solitude que témoignent les dépressions majeures (cette corrélation peut être faite, sous le regard des résultats en psychothérapie: La thérapie la plus influente pour soigner la dépression est la thérapie interpersonnelle, qui axe l’amélioration de la pathologie du patient grâce à une réinsertion dans un univers social (Ref ici).).

Ainsi un juste équilibre serait à trouver pour s’épanouir parfaitement: un équilibre entre lien et indépendance. Le mieux à mon sens est de pouvoir choisir la vie que l’on veut mener tout en créant des liens avec son entourage. La pratique de la méditation est philosophiquement cela: faire un choix sur ce que l’on veut contempler (Être conscient)  tout en acceptant les sensations qui nous gagnent. Conscience + Entièreté = pleine conscience. 

Ainsi le bonheur est dans l’acceptation d’être une particule au sein d’une onde. 

Peut-être que la lumière (les photons) est identique à cela. Des agrégats de particules infiniment plus petites que l’on croît que l’on considère nous comme une particule entière (un photon). Cette incompréhension me semble similaire à celle de l’atome en Grèce antique. Avec l’évolution de la science, nous avons observé que cette particule la plus infime possible était en faite composé de particules encore plus infimes à l’image du final de Men in Black 2. Cette métaphore intéressante pour voir autrement l’expérience humaine m’est venue de cette photo: un ensemble de particules (voitures) vues comme un flux quand on accélère :               flux de voiture.jpg

 

Ce qu’il faut retenir de ces expériences est que la nature est bien plus vaste et grande que le point de vue réductionniste de nos 5 sens. La Nature semble être non locale (pas réduite à des interactions de proximités) mais bien en interrelation complète avec l’univers, via une connexion électromagnétique et avec tout autre champ énergétique auxquels nous n’avons pas idée. Cette intrication, qui signifie entremêlement, enchevêtrement représente notre Nature connectée au Tout, où le macrocosme s’unit au microcosme en une danse infinie de be-atitude. Shiva-Shakti.

Si vous voulez en apprendre plus sur les possibilités de l’esprit, je vous invite à lire :

Merci à cette vidéo de m’avoir donnée cette idée sur les ondes- particules: 

1 réflexion au sujet de “Les recherches en physique quantique et la conscience”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s